Italiano - Italy
English - United Kingdom
 
 
Studio Faggioni - Yacht Design
La Spina

La Spina

Oggetto rif.:  
Titolo: La Spina
Magazine: Mer & Bateaux
Numero: 5
Anno: 2009
Allegato (pdf/doc): La Spina_MB168 (1)-20120903-220943.pdf
Ulteriori Info: Link  »» 

Le premier 12 M JI italien, lanc? en 1929, a re?u dans son pays le troph?e de la meilleure restauration. Ce plan Baglietto est consid?r? ? juste titre comme un v?ritable chef d'oeuvre.

Restaur?e ? Naples par un armateur soucieux d'authenticit?, La Spina a repris la mer il y a tout juste un an, ? La Spezia, pour les r?gates de la Semaine de l'Argentario. Et, si l'Italie n'a jamais connu le m?me engouement que les Am?ricains pour les 12 M JI, elle peut d?sormais s'enorgueillir de poss?der, avec ce douze m?tres de la jauge internationale, une oeuvre majeure de l'architecture du yachting.
Cette ann?e, la classe des 12 M JI f?te ses cent ans en septembre avec un Championnat du monde ? Newport o? le New York Yacht Club prend ses quartiers d'?t?, sur le plan d'eau qui a connu les plus belles heures de la Coupe de l'America. Et c'est dans cette Mecque de la voile, en 1928, pour booster la classe aux ?tats-Unis, que six membres du NYYC avaient command? chacun leur 12 M JI au tr?s fameux architecte Starling Burgess. On attend sur la baie de Narragansett au moins 35 concurrents, preuve du plaisir qu'apporte toujours ce bateau ? son barreur et ? son ?quipage?
La Spina, un racer de grand luxe
Le choix de l'architecte-constructeur se porte sur Vincenzo Baglietto dont le chantier familial, fond? en 1854 dans le petit village de p?cheurs de Varazze, ? 30 km dans l'ouest de G?nes, existe toujours et reste l'un des plus fameux chantiers italiens, longtemps sp?cialis? dans la construction en bois. ? 38 ans, Vincenzo vient de rentrer de Glasgow o? il a obtenu un dipl?me en ing?nierie navale. S'il n'a aucune exp?rience des 12 M JI, il a d? observer soigneusement ceux qui se trouvaient en Ecosse et s'est d?j? fait les dents en jauge m?trique avec un 6 M JI et deux 8 M JI, tous vainqueurs de r?gates prestigieuses. Et ce n'est pas fini : on lui devra en 1936, le 8 M JI Italia, m?daille d'or aux J.O. de Kiel.
En quelques semaines, ses plans sont pr?ts, il d?clare au Lloyds l'intention de construire un 12 M JI, afin d'obtenir le certificat de jauge du futur bateau, qui s'appellera La Spina. Dans le m?me temps, Francesco Spinola se pr?occupe du guidon du bateau qui portera une "spina di botte", le fuseau de bois que nos vignerons appellent cannelle et qui r?gule le flux du vin dans une cuve. Double allusion ? son nom et ? ses vignobles.
Le marquis ne voulait rien sacrifier
Stefano Faggioni, chef de projet de la restauration de La Spina, rappelle que la t?che de Baglietto est ardue. Non seulement le jeune ing?nieur ligure manque de r?f?rences et de points pr?cis de comparaison, mais son armateur a des exigences peu compatibles avec un bateau de course, au niveau du confort et des emm?nagements. Le chantier Baglietto a conserv? les plans et le cahier de travail o? sont consign?es les demandes sp?cifiques de Spinola et les solutions propos?es pour les concilier avec les exigences de la jauge. Tout de suite, on a su que le bateau serait trop lourd. Baglietto commen?ait ? r?duire les poids, en tentant d'?liminer tout ce qui ?tait en surplus comme les batteries, les meubles de salle ? manger, tables, chaises, fauteuil de l'armateur, le canap? du salon? Mais le marquis ne voulut rien sacrifier, et on n'enleva rien aux emm?nagements int?rieurs. La seule solution pour Baglietto aura ?t? d'all?ger la quille de 2 tonnes de plomb et de r?duire un peu la grand-voile, pour que le bateau reste dans ses lignes.
La construction de La Spina est extr?mement soign?e : bord?s d'acajou sur varangues d'acier, couverture de pont en Pin d'Oregon, espars en spruce. Les int?rieurs, bien ?clair?s par des clairesvoies, sont lambriss?s de panneaux vernis d'acajou bord?s d'?rable, dans le style Art Deco de l'?poque.
Les meubles des cabines, int?gr?s aux structures, sont tous en ?rable, apportant gaiet? et lumi?re, alors qu'au salon, l'acajou flamm? r?gne en ma?tre.
Baglietto avait parfaitement su adapter le chic du style anglais ? la flamboyance du go?t italien. Les emm?nagements comprennent une cabine d'armateur, une cabine d'invit?s, un grand salon, une chambre de navigation, une cuisine, un cabinet de toilette et un WC, l'?quipage disposant de ses propres quartiers avec sanitaires et local technique.
La particularit? du bateau est son ma?tre bau tr?s ?troit, 3,90 m pour une longueur de pont de 21,45 m. C'est donc un v?ritable couloir lest?, dont l'?troitesse frappe le visiteur qui monte ? bord pour la premi?re fois. Moins d'un an apr?s la commande, La Spina est termin?e. Le lancement est pr?vu pour le 27 janvier 1929, mais le vent souffle en temp?te sur Varazze et c'est le lendemain que Fifine Pallavicino, la fille du marquis, baptise tr?s officiellement le premier 12 M JI m?diterran?en en compagnie du prieur du couvent voisin, au cours d'une grande f?te. La propagande fasciste ne manque pas de r?cup?rer l'?v?nement, soulignant ?qu'une fois encore, les couleurs de la patrie sont pass?es ? l'avant-garde du yachting de l'Europe continentale ?. Tout le monde s'accorde ? trouver le bateau splendide, la revue Yachting World soulignant l'originalit? du projet de cet officier de marine en retraite qui voulait ? la fois un yacht de course et un bateau de croisi?re, double fonction que seul un 12 M JI pouvait assurer pleinement.
L'aventure des 12 M JI italiens semblait lanc?e, d'autant qu'en m?me temps, le chantier g?nois Costaguta avait lui aussi re?u la commande d'un douze m?tre pour Carlo Nasi, le gendre de Giovanni Agnelli. Mais le futur armateur perdit sa femme pendant la construction et s'exila pour travailler en Am?rique du Sud. La coque fut vendue et Emilia devint une tr?s jolie go?lette de croisi?re?
L'?chec des r?gates internationales
Une premi?re s?rie de r?gates est organis?e du 9 au 17 f?vrier 1929. Largement m?diatis?e ? l'?tranger, elle inclut pour la premi?re fois en Italie, la classe des 12 M JI. Des yachts italiens, suisses, danois, anglais, arrivent et s'amarrent aux quais du tout nouveau b?timent du Club. On y trouve sept 8 M JI, sept 6 M JI, mais aucun 12 M JI.
De France, seule Virginie H?riot fait le d?placement avec sa go?lette Aile. La d?sillusion est grande, on est m?me oblig? d'annuler, faute de participants, la course-croisi?re Cannes-G?nes, malgr? les 10 000 francs offerts au vainqueur par la Soci?t? des R?gates de Cannes. Puisque ?a ne marche pas en hiver, on va tenter d'attirer les bateaux en ?t?, ? Santa Margherita, du 21 au ao?t au 2 septembre. Encore une fois, si les 8 M JI sont tr?s nombreux, pas un 12 M JI ?tranger ne fait le d?placement.
Les secondes r?gates d'hiver, fin avril 1930, n'auront pas plus de succ?s. Il faut se faire une raison : les 12 M JI nordiques ? cette saison sont encore en hivernage et leurs armateurs ne veulent pas descendre en M?diterran?e pour trois jours de r?gates. La Spina reste le seul 12 M JI inscrit? ?coeur?, le marquis Spinola, ? peine un an apr?s le lancement de son bateau, et sans qu'il ait disput? une seule r?gate, d?cide de le transformer en ketch afin de le rendre moins g?tard et de ce fait plus confortable. Fin mars 1930, le bateau retourne chez Baglietto. On double la coque de cuivre, on pose un moteur de 25 ch et on augmente la surface de voile ? 195 m? pour am?liorer les performances. Fin ao?t, les travaux sont termin?s, la deuxi?me vie de La Spina commence.
Le bateau le plus glamour?
La Spina va disputer chaque ?t? de nombreuses courses-croisi?res, formule tr?s en vogue en M?diterran?.
Elle y retrouve notamment Emilia, Hygie et Apache, le yacht de monsieur Calmette. La tr?s belle princesse Marie-Jos?, fille du roi des Belges et ?pouse du prince Umberto futur roi d'Italie, adore le bateau et invite ? bord des artistes parisiens, des altesses et de beaux esprits romains.
En 1938, ? la surprise g?n?rale, Spinola vend La Spina ? un marquis bolognais qui la rebaptise La Vespa (la gu?pe) et ach?te un 8 M JI, L'Aria, construit par Costaguta en 1935. L'ex 12 M JI va devenir, entre Portofino et Capri, le bateau le plus glamour de l'?poque, avec ? son bord un tourassimil?s billon de c?l?brit?s internationales. C'est m?me Cecil Beaton qui le photographie pour le groupe am?ricain Cond? Nast. Quand la guerre ?clate, le bateau, qui est ? Venise, est mis en s?ret?, pour r?appara?tre, tout aussi flamboyant, en 1948. Sa premi?re croisi?re le voit ? Monte-Carlo, o? tout le Gotha europ?en, ou ce qu'il en reste, est vu ? bord.
Mais au d?but des ann?es cinquante, le yacht revient chez Baglietto o? il est mis en vente. En 1956, il passe aux mains d'un couple qui est en tomb? amoureux, les Brunetti et, apr?s avoir ?t? d?sarm? six ans, il retrouve l'eau le 24 juillet 1957 sous le nom de Corsara, pour une croisi?re d'?t? de pr?s de 900 milles, qui le m?ne jusqu'aux c?tes dalmates.
Bas? ? Trieste, il participe ? quelques r?gates des classes du RORC, mais le bateau est surtout connu pour l'excellente cuisine du bord, l'armateur ?tant un passionn? de p?che. Apr?s la brutale disparition de ce dernier, en 1974, son fils vend le bateau l'ann?e suivante ? un financier italien r?sident mon?gasque, Gian Franco Clerici. On est au d?but de l'engouement italien pour le yachting classique, qui verra en 1982 la cr?ation de l'AIVE (Associazione italiana per la vela d'epoca) et l'engagement italien d'Agnelli et de Karim Aga Khan dans la Coupe de l'America en 83 avec le d?fi Azzurra.
La premi?re restauration importante en Italie est celle de Tomahawk, un 12 M JI de Camper & Nicholson de 1939, puis ce sera Cintra et Trivia. C'est un signe : Cherici rend ? La Spina son nom d'origine. Le financier re?oit de nombreuses offres de rachat, notamment de Marco Gastaldi, l'armateur d'Emilia, mais il meurt en 2003 et le bateau, toujours gr?? en ketch et d?j? en mauvais ?tat, est abandonn? dans un chantier de Villanueva, pr?s de Barcelone.
Ressusciter La Spina !
En 2004, Erik Pascoli, personne influente du yachting classique qui a, entre autre, ?t? longtemps capitaine de Mariette, signale le bateau ? Stefano Faggioni, qui s'?tait occup? pour le compte de Federico Cuomo, un armateur de Sorrente, de la restauration d'un bateau traditionnel ? voile latine, l'important Pianosa, construit en 1947 par le chantier local Aprea et restaur? par le petit-fils du constructeur, qui fit un travail tellement soign? que le bateau fut class? par le minist?re de la Culture.
En 2004, Lulworth, le grand cotre dont Faggioni a dirig? la restauration est termin?. Il propose tout naturellement ? Federico Cuomo de r?cup?rer La Spina. Ce dernier n'h?site pas longtemps. Il dispose en effet du chantier id?al pour ce travail, Aprea Peninsula Navis, dont l'objet est la restauration de bateaux anciens en utilisant les mat?riaux naturels comme le bois, le fer galvanis?, travaill?s selon les techniques traditionnelles de construction, gr?ce ? une ?quipe de charpentiers de marine de tr?s grande comp?tence. En collaboration avec la R?gion Campanie, Aprea Peninsula Navis, dirig? par Andrea Buodonno, organise des cours de formation professionnelle pour les ?l?ves charpentiers, ax?s sur la restauration et en particulier celle des int?rieurs, le travail commen?ant par des recherches de documents, d'images et de t?moignages qui permettront d'?tayer les choix faits au cours de la restauration. C'est l? que durant l'?t? 2007, Stefano Faggioni nous a fait visiter le bateau et que nous nous sommes rendu compte de l'excellence du travail effectu? ainsi que des choix extr?mes faits par Baglietto il y a 80 ans.
Arriv?e en cargo de Valencia, La Spina est aussit?t emmen?e au chantier pour un long travail de deux ans et demi, o?, fait rare, Faggioni a carte blanche. Seul cahier des charges, ressusciter La Spina !
Le bateau a toujours son gr?ement complet de ketch, mais les d?g?ts sont au niveau des ?uvres vives, mang?es par le sel et pourries, comme l'?trave et la vo?te arri?re. La quille en ch?ne, apr?s six ans hors de l'eau est s?rieusement fendue. Elle sera remplac?e par une quille de ch?ne et d'iroko, bois plus dense que le ch?ne, plus stable et donc plus facile ? utiliser. Le d?montage des int?rieurs, r?cup?rables en grande partie, se fait avec beaucoup de soin. Les claires-voies serviront de mod?les et seront copi?es tr?s exactement. Coup de chance : on retrouve le fournisseur qui avait procur? l'acajou ? Baglietto en 1929 ! Le bordage sera fix? ? la structure au moyen de 8 000 rivets de cuivre rabattus ? l'int?rieur, ? l'italienne, pour ?tre invisibles et noy?s dans le bois, et calfat? selon la tradition.
L'enduit de coque et les peintures employ?es sont bio, garanties non polluants Les jeunes dont on exige une grande pr?cision dans l'ajustement ? queue d'aronde et les finitions (les angles des claires-voies, par exemples, sont ponc?s ? la main) se passionnent pour ce travail d'art, emmen?s par Buodonno et Faggioni qui sont au-del? de l'enthousiasme : ? Nous avons retrouv? la joie de travailler en harmonie, dit le designer, dans le respect les uns des autres. Celui qui fait un tel bateau ne travaille pas sur un num?ro de s?rie, mais il donne la vie. On a ?prouv? beaucoup de bonheur au cours de cette exp?rience et le plaisir de travailler pour l'art bien plus que pour l'argent ?.
Tout ce qui manquait a ?t? recr?? dans l'esprit de l'?poque, poign?es, ferrures, ?clairages, vitrages, et fabriqu? par des artisans italiens. Pour les haubans, qui sont en acier inox, Stefano Faggioni a obtenu de FAS, le fabricant, qu'ils soient sabl?s au verre pour avoir l'aspect du c?ble marin galvanis? qu'on utilisait ? l'?poque. La couverture de pont est en pin de Douglas, tout comme les planchers int?rieurs, d'une belle couleur claire.
Seuls les winches, dessin?s par Stefano Faggioni, ont ?t? fabriqu?s en Australie. Le r?chaud et l'?vier ont ?t? refaits ? l'identique, d?coup?s ? la main dans des feuilles de galvanis?, y compris les petits robinets du r?chaud, par un vieil artisan napolitain.
Pour le gr?ement, enti?rement r?alis? au chantier, on a trouv? des longueurs de spruce de 8 m, ce qui a permis, avec trois longueurs d'atteindre la bonne dimension pour le m?t qui est creux et contrecoll?, tout comme la b?me. Le gr?ement est celui impos? par la jauge des 12 M JI.
Voil? un bateau qui n'a pas de probl?me avec la jauge du CIM et qui a obtenu un triomphe le 24 avril 2008, lors de sa remise ? l'eau au Reale Canottieri Savoia de Naples.
La Spina est sortie d'hivernage et sera l'une des invit?es d'honneur de la Monaco Classic Week en septembre, accompagn?e d'une exposition qui retrace son histoire et sa restauration. ? ne pas manquer!

N?elle Duck



      ««  Torna Elenco Articoli